mercredi 25 avril 2007

Jeu de Filiation : les Estrangin d'Orgon

Cette chronique de la famille ESTRANGIN a été rédigée par Mr Louis ESTRANGIN, avoué à Marseille et terminée le 21 juin 1939. Elle a été recopiée fidèlement par Mme Miette PROVANSAL, descendante de M. Alexis ESTRANGIN, avoué, le 26 février 1971. Et transmise en 2005 par notre cousine Agnès Rostand. Je me permets d'en reprendre le texte sur ce blog afin de le partager plus largement avec la famille, nos proches et amis.

Nous connaissons un Pierre ESTRANGIN, consul d'Orgon au XVIIIe siècle en fonction lors de la peste qui, venue de Marseille, ravagea les villages des bords de la Durance en 1721. Son frère, prêtre, vicaire à Orgon, mourut du fléau (on disait de la contagion) en 1721, à l'âge de 30 ans.

Nous pourrions admettre que ce Pierre ESTRANGIN est l'ESTRANGIN d'Orgon, mais c'est peu probable à cause de l'âge des suivants. Il en était plutôt le fils.

ESTRANGIN d'Orgon, nommons le ainsi à défaut du prénom inconnu, nous le considérons avec certitude comme Chef de Famille.

Il est séparé de nous – je prend pour les calculs les fils de François – Gabrielle Guérin - par cinq générations qui sont en ligne ascendante :

1. Enfants de François
2. François, fils d'Augustin
3. Augustin, fils de Jean
4. Jean fils de Louis
5. Louis, fils de Pierre
6. Pierre, fils d'Estrangin
7. Estrangin.

Nous sommes des descendants en ligne directe au 7ème degré.


Mais les mariages entre parents étant fréquents dans notre Famille, nous descendons de cet ESTRANGIN 1er de trois autres manières :

1.- Son petit fils Louis épousa sa cousine germaine, soeur d'Alexis Estrangin, donc petite fille du même grand-père : Mademoiselle Marguerite Rostand était la fille d'Anne Estrangin épouse d'Esprit Rostand, laquelle Anne Estrangin était la fille de notre ESTRANGIN 1er. Cette ascendance est marquée par l'échelle ascendante suivante :

1. Enfants de François
2. François, fils d'Augustin.
3. Augustin, fils de Jean.
4. Jean, fils de Louis et Marguerite Rostand.
5. Marguerite, fille d'Anne Estrangin et d'Esprit Rostand.
6. Anne, fille d'Estrangin.
7. Estrangin.

Ce mariage ayant eu lieu entre cousins germains ne nous rapproche d'aucune génération de notre aIeul.

2.- L'arrière petit fils de ce dernier, Jean, fils de Louis épousa Claire Rostand, fille d'Alexis et petite fille par sa mère Anne Estrangin d'Estrangin 1er. Cette Claire Rostand était donc la nièce de Mme Louis Estrangin et ainsi la, cousine germaine de son mari, Jean, et – par ailleurs – sa cousine issue de germains. Voici le tableau en échelle ascendante :

1. Enfants de François.
2. François, fils d'Augustin.
3. Augustin, fils de Claire Rostand.
4. Claire Rostand, fille d'Alexis.
5. Alexis, fils d'Anne Estrangin
6. Anne Estrangin fille d'Estrangin.
7. Estrangin.

3.- Notre grand-père Augustin, a épousé Claire Roberty, sa cousine, d'une génération d'un degré plus éloigné de l'auteur commun. Cette grand-mère nous relie à l'auteur commun par les générations suivantes :

1. Enfants de François.
2. François, fille de Claire Roberty et d'Augustin.
3. Claire Roberty, fille de Bruno.
4. Bruno Roberty, fils d'Anne Thérèse Estrangin.
5. Anne Thérèse, fille de Louis Estrangin
6. Louis fils de Pierre
7. Pierre, fils d'Estrangin.
8. Estrangin.

Il y a un autre chemin encore variante du dernier en passant au lieu de Louis par sa femme Marguerite Rostand, fille d'Anne :

1. Enfants de François.
2. François.
3. Claire Augustin Estrangin-Roberty.
4. Bruno Roberty.
5. Anne Thérèse.
6 Marguerite Estrangin Rostand
7. Anne.
8. Estrangin.
C'est le chemin des Dames.

vendredi 13 avril 2007

Estrangin : Familles, Professions, Prénoms

Cette chronique de la famille ESTRANGIN a été rédigée par Mr Louis ESTRANGIN, avoué à Marseille et terminée le 21 juin 1939. Elle a été recopiée fidèlement par Mme Miette PROVANSAL, descendante de M. Alexis ESTRANGIN, avoué, le 26 février 1971. Et transmise en 2005 par notre cousine Agnès Rostand. Je me permets d'en reprendre le texte sur ce blog afin de le partager plus largement avec la famille, nos proches et amis.

FAMILLES - PROFESSIONS - PRENOMS

Le nom ESTRANGIN est très particulier à notre famille ; nous ne connaissons aucune autre lignée le portant.

A vrai dire, dans la deuxième moitié du siècle dernier, un pécheur habitant dans la ruelle derrière le Vieux Port, ou peut-être sur le quai du port lui-même – au demeurant un fort brave homme – s’appelait ESTRANGIN.

Rien ne permet de contester à cet Estrangin qu’il ne fut point un membre réel de notre famille. Au contraire. Mais nous ignorions à l'époque ; et lui aussi sans doute, les maillons de la chaîne qui le reliaient à notre auteur commun. De quelle branche de l’Arbre était-il une feuille ?

Les ESTRANGIN et leurs alliés sont tous des français, sauf une femme russe de naissance, et un homme d’origine allemande.

Ils sont tous, ou à peu près, provençaux. Ceux qui n’épousèrent pas leur cousine, n’allèrent point chercher femme en des régions lointaines. Il y a quelques exceptions, mais infiniment rares : citons par exemple Etienne ESTRANGIN épousant une poitevine, Mathilde ARNOULD.

Les ESTRANGIN ont été généralement prolifiques, les familles nombreuses ne sont pas rares. Chose curieuse, en regardant l’arbre généalogique, on constate que les plus forts contingents d’enfants dans le même ménage n’ont pas été produit par les anciennes générations (celles des temps vertueux) mais plutôt par les actuelles. Je sais bien que nous n’avons pu garder trace des enfants morts en bas âges. Depuis plus d’un siècle qu’ils se sont envolés, ces anges ont été quelques peu oubliés.

Mais nos aïeux eurent-ils une progéniture aussi nombreuse que certains de leurs actuels descendants ?

Le record appartient, je croie, à Jules MONGES – Jeanne ESTRANGIN, avec neuf enfants.
Etienne ESTRANGIN – Mathilde ARNOULD sont à la tête de huit enfants

A la génération précédente, citons, malgré le risque d’omission :

François ESTRANGIN – Gabrielle GUERIN avec 8 enfants
Alexis ESTRANGIN – Julie JEANBERNAT : 6 enfants
Eugène ESTRANGIN – Thérèse GIBBAL : 6 enfants
Théophile ROUX – Claire ESTRANGIN ont eu 8 enfants parvenus à l’âge adulte, parmi lesquels, deux : Maurice et Paul ROUX ont eu chacun une descendance particulièrement abondante.
Signalons en gravissant un degré, cette curiosité des deux frères Eugène et Maxime ESTRANGIN :
Eugène ESTRANGIN – Paule BLAIN
Maxime ESTRANGIN – Aurélie LALEU
Chacun avec 7 enfants ayant atteint l’âge adulte.
et cette petite curiosité dans cette équipe de Jean ESTRANGIN – Claire ROSTAND ayant 4 fils parvenus à l’age adulte (similitude avec la sous équipe Augustin ESTRANGIN – Claire ROBERTY, l’un d’entre eux) :

Les enfants de maxime, rien que des filles, sauf un garçon qui fait un peu rater la symétrie, les enfants d’Augustin, des garçons seulement. Les deux foyers ne possédaient pas la même sonorité.

Nous parlerons des professions au fur et à mesure que nous ferons spéciale connaissance avec chacun. Nous pouvons annoncer d’ores et déjà que les Estrangin et leurs proches comprennent une majorité d’homme de loi et de négociants, des médecins, mais pas du nom d’ESTRANGIN, des ROBERTY et des alliés contemporains, surtout dans le rameau AUGUSTIN.

La famille, sauf quelques exceptions éminemment glorieuses n’a pas l’esprit scientifique, nous sommes plutôt des littéraires.

Peu de fonctionnaires, les militaires n’abondent point ; un seul porte l’uniforme de la Marine Militaire – et combien brillamment – le Contrôleur de la Marine Georges ANDRÉ, un allié.

L’habit de religieux est porté plus souvent par les femmes que par les hommes, nous avons cependant actuellement Benoît ESTRANGIN à Hautecombe, un fils de Maurice ROUX, à Solesne. Nous avons actuellement deux prêtes Eugène ESTRANGIN et un fils de Maurice ROUX, tous deux au diocèse de Marseille. C’est un progrès, les générations précédentes n’en avaient pas eu, sauf – il y a 100 ans – un chanoine, Xavier, de la branche d’Arles, et – signalons peut-être parmi d’autre inconnus, un vicaire d’Orgon, l’abbé ESTRANGIN, mort de la peste en 1721.

Si nous ne possédons actuellement que ces deux prêtes dans la famille, c’est que sur trois ESTRANGIN (j’entend portant le nom d’ESTRANGIN tués à l’ennemis de 1914 à 1916, deux étaient dans les ordres : un jésuite : ALEXANDRE, tué le 8 septembre 1914 à Sennevièvres (Oise), sergent au 64ème chasseur Alpin et GEORGES séminariste du Diocèse de Marseille, Chevalier de la Légion d’honneur, tué le 29 août 1916 devant Maurepas (Somme), sous lieutenant au 63ème Chasseur Alpins.

Le 3ème ESTRANGIN, « mort pour le, France » est André ESTRANGIN, évacué du front et mort à Marseille le 8 février 1915, époux de Paule TASSY, fils d'Alexandre ESTRANGIN-MELIZAN et frère d'Alexandre, jésuite.

Les deuils n'ont pas manqué de frapper cruellement la Famille : laissant de coté les enfants morts en bas âge – et les victimes de la Guerre mises à part – nous citerons parmi les femmes mortes jeunes :

Notre lointaine aïeule Marguerite ESTRANGIN, née ROSTAND, nous ne pouvons préciser à quel âge, mais en toute certitude avant d'avoir atteint sa 34ème année, et peut-être même n'avait-elle pas 25 ans.

Sa fille Anne-Thérèse ESTRANGIN, épouse du médecin militaire Jacques ROBERTY, morte le 10 juin 1783 avait environ 30 ans ;

La fille aînée de Léon ESTRANGIN, morte en 1890 à l'âge de 20 ans, jeune fille ;

Une autre de ses filles Marie ESTRANGIN, épouse de Jean de la GARDIERE, a disparu plus âgée, mais si charmante.

Les deux filles d'Alexis ESTRANGIN, Marie ESTRANGIN et Jeanne MONGES l'une en 1918, l'autre en 1928, et une alliée Marguerite JACQUEMET, épouse de Louis ESTRANGIN, en 1932, toutes trois sitôt après avoir donné à la famille un membre de plus.


Parmi les hommes, les deux premiers avoués Jean et Alexis ESTRANGIN, le père et le fils, sont morts prématurément, le second surtout à l'âge de 30 ans.

Alexandre ESTRANGIN, époux Mélizan est mort le 2 mars 1886 et a eu un fils posthume, Alexandre, jésuite. Madame Alexandre ESTRANGIN, sa veuve est aujourd'hui la doyenne de la famille.

En plus des trois ESTRANGIN plus haut cités que nous avons perdu à la guerre, citons parmi nos MORTS POUR LA FRANCE : Georges ROUX fils de Paul, un fils de Maurice ROUX, un fils de Henri ROBERTY et Alphonse ROISIN.

Nous ne présentons par contre aucun cas de longévité particulière : ainsi qu'il nous manque pour l'instant, un maréchal de France, un cardinal (mais non un membre de l'académie Française), le "centenaire" fait défaut. C'est dommage, le centenaire fait très bien au tableau et c'est une référence lors des pourparlers d'épousailles, mais nous possédons assez de verts octogénaires pour rassurer les amateurs de longue vie.

Le prénom le plus usité dans la famille est, sans contredit, celui de Jean.

Des deux grands saints : le Baptiste et l'Evangéliste, je crois le doux Ami du Seigneur patron de la Famille plutôt que le rude Précurseur. Au prénom de Jean, n'est jamais accolé chez nous le surnom de Baptiste.

Il est fort probable que les parrainages ont joué leur rôle dans la fréquence de ce prénom. Des origines étrangères à la Famille ont apporté aussi par coïncidence, leur contingent.

Voici, toujours d'après les mentions de l'Arbre généalogique les JEAN de la Famille :

- JEAN, fils aîné de Pierre, auteur de la Branche d'Arles
- JEAN ANTOINE fils du précédent
- JEAN PIERRE, fils de Georges et petit fils du premier
- JEAN JULIEN, fils de Jean Antoine tous de la Branche d'Arles
- JEAN, fils de Louis, notre arrière grand père
- JEAN fils de Maxime et d'Aurélie de Laleu
- JEAN, fils d'Alexis de d'Olga Hunt
- JEAN FRANCOIS ROBERTY, fils de Jacques ROBERTY (2ème mariage)
- JEAN fils d'André et de Paule Tassy
- JEAN fils de Joseph et de Renée d’Inguimbert, ce dernier parait être de tous ces Jean, le petit Jeannot.


Chez les femmes : JEANNE ESTRANGIN épouse de Laleu
JEANNE ESTRANGIN épouse Jules Monges.

Ce prénom est spécifiquement ESTRANGIN, la branche ROSTAND ne le porte pas.

Le prénom féminin le plus fréquent parait être MARGUERITE, il n'a pas de masculin c'est tout à fait regrettable

- MARGUERITE ESTRANGIN, épouse d'André Rostand, notre arrière-arrière-arrière-grand-mère
- MARGUERITE Estrangin de la Branche d'Arles.
- MARGUERITE Estrangin épouse de Louis Ingelbrecht
- MARGUERITE Estrangin, épouse du Docteur Henri Jourdan
- MARGUERITE Monges, fille de Jeanne Estrangin et de Jules Monges

Parmi les alliées:

- MARGUERITE LYONS épouse d'Alexis Rostand
- MARGUERITE ROSTAND, épouse Louis Estrangin, notre arrière-arrière-arrière-grand-mère, et son arrière-arrière-arrière-petite-fille :
- MARGUERITE JACQUEMET épouse Louis Estrangin.


Le prénom d'Alexis est souvent donné soit chez les Estrangin, soit chez les Rostand : aucun allié ne s'est – bien entendu – ajouté à la liste. Ce prénom parait être d'origine Rostand et avoir eu comme premier titulaire dans nos temps historiques :

1. ALEXIS ROSTAND, fils d'Anne Estrangin mort peu avant la Révolution Par lui la contagion se répand :
2. ALEXIS, son fils
3. ALEXIS Estrangin, son petit fils, époux d'Amélie Pastré.
4.5.6. ALEXIS Estrangin, époux de Julie Jeanbernat et ALEXIS Rostand, directeur du comptoir d'Escompte.
7. En l'honneur d'Alexis Estrangin Jeanbernat, nous avons ALEXIS Monges son petit fils.

Sans préjudice des Alexis Rostand actuels, s'il en existe.

Ce prénom est inconnu dans la Branche d'Arles qui n'eut aucun contact avec les Rostand depuis les lointaines origines.


Bruno est un prénom venant de deux cotés distincts :

1- Bruno ROSTAND, fils d'Alexis, auteur de la branche la plus nombreuse des Rostand actuels, parmi lesquels un deuxième BRUNO porté sur notre papier , et les Bruno contemporains postérieurs à notre liste.
2- BRUNO ROBERTY, fils du médecin major et époux de Miette RICHAUD, père de notre grand-mère Estrangin, il en résulte:
BRUNO Roberty, fils d'Hyacinthe et d'Adeline Bernascon, et chez les contemporains, BRUNO Roberty, fils d'Henry et neveu du précédent.
Actuellement BRUNO ESTRANGIN, fils de Louis et Marguerite Jacquemet.

EUGENE : prénom bien Estrangin.

1. EUGENE, fils de Jean et de Claire Rostand.
2. EUGENE, notaire et
3. EUGENIE épouse Pélissier tous deux enfants du précédent.
4. EUGENIE, fille de Maxime Estrangin-de Laleu.
5. EUGENE, fils d'Augustin et de Claire Roberty.
6. l'abbé EUGENE, fils de François et Gabrielle Guérin.
7. le Docteur EUGENE Roberty.
8. EUGENE Rostand père d’Edmond Rostand.

CLAIRE est fréquent chez les femmes de la Famille :

Notre arrière-arrière-grand-mère CLAIRE Rostand, épouse de Jean Estrangin.
Notre grand-mère, belle-fille de la précédente, CLAIRE Roberty, appelée aussi Clarisse.
CLAIRE EULALIE Estrangin, épouse de Théophile ROUX, dont une fille est CLAIRE Roux, épouse Bonnifacy et une petite fille CLAIRE MARGUERITTE Roux religieuse.
CLAIRE Estrangin, fille de Léon et d'Alice de la Gardière.
CLAIRE Estrangin, fille d'Augustin et Marie Estrangin
CLAIRE Diffre, fille de Pierre et Marie Estrangin

Et puis le lot habituel des Aglaé, Anaïs, Palmyre, Adèle et deux jolis prénoms romantique : Adeline et Aurélie.

Et bien entendu le prénom des prénoms de tous les temps : MARIE, souvent porté par les femmes en premier rang, très traditionnellement ajouté à la liste chez les hommes.

CELLE qu'une famille marseillaise nomme avec une spéciale tendresse NOTRE DAME DE LA GARDE est – nous l'en supplions – la Première Patronne de notre Famille.

Quant à la statistique des beaux et des laids, des très jolies et des moins jolies, les générations anciennes en sont épargnées : la photographie n'existait pas pour les aînées ; lors des suivantes, la daguerréotype a pu faire courir quelques dangers mais elle ne donne que des clichés flous, si par hasard, hasard très improbable, une de nos grandes tantes avait été affligée d'un nez trop long, qu'elle se rassure, aucune miniature ne transmet ce défaut. Quant à la génération présente, nous n'avons qu'à nous regarder de face et de profil, chacun répondra selon ses goûts.

Il n'y a pas eu, c'est tout ce qui est à dire, une telle beauté parmi nos femmes que notre réputation ait pu en être flattée ou trop en souffrir, ni notre escarcelle en bénéficier.

dimanche 1 avril 2007

Origine du Nom Estrangin

Cette chronique de la famille ESTRANGIN a été rédigée par Mr Louis ESTRANGIN, avoué à Marseille et terminée le 21 juin 1939. Elle a été recopiée fidèlement par Mme Miette PROVANSAL, descendante de M. Alexis ESTRANGIN, avoué, le 26 février 1971. Et transmise en 2005 par notre cousine Agnès Rostand. Je me permets d'en reprendre le texte sur ce blog afin de le partager plus largement avec la famille, nos proches et amis.

"Nous faisons remonter la généalogie à ESTRANGIN, d’Orgon sans Chercher plus haut, bien que nous possédons des connaissances sur les générations précédentes, ou, du moins, une certitude sur certaines.

C’est ainsi que les recherches de Louis ESTRANGIN (NDLR : cf. notes déjà publiées et la pièce de théâtre), fils aîné d’Etienne, petit fils du notaire ESTRANGIN, ont fait retrouver un premier ESTRANGIN très probable, parmi les habitants d’Orgon, payant un cens au religieuses clarisses d’Apt, en 1460, époque où les actes d’état civil furent régulièrement tenus.

Ces ancêtres furent des jardiniers ou des « ménagers » du pays d’Orgon. Il est évident que ces ancêtres entrevus dans la brume du Temps avaient eux mêmes des ascendants.

Quels furent-ils ?

L’Estrangin de 1460 payant un cens nous montre la famille installée depuis quelques temps déjà à Orgon. Payer l’impôt, c’est avoir quelques biens, être sur la liste des contribuables c’est être classé parmi les gens établis. Il n’est pas sans intérêt, soit dit à ce sujet, que le premier renseignement fourni sur nos pères nous viennent du percepteur, c’est de bon augure pour l’avenir, cela commence bien.

Mais nous ne pouvons croire que pitoyables contribuables des religieuses d’Apt, lesquelles sans doute faisaient gagner le Ciel par la pratique de la charité obligatoire, ait été le premier à porter le nom d’ESTRANGIN.

Que nous descendions des croisés, sans conteste, encore que le croisé de notre ascendance ait, à coup sûr, figuré dans la croisade de Gauthier Sans Avoir, armé d’un solide gourdin, usant ses jambes à longueur de lieues, tirant sa langue sèche, courbant l’échine sous la besace, fantassin de deuxième classe et lointain devancier de certains de sa parenté.

Mais portait-il alors le nom d’ESTRANGIN ?

Nous ne le saurons pas. La date de naissance de notre nom nous est inconnue. Nous pouvant cependant en concevoir avec certitude le lieu et la manière.

ESTRANGIN c’est « estrangié », l’étranger. C’est un nom provençal. Donc il fut donné en Provence, et sans doute à Orgon ou autre village au bord de la Durance. S’il eût donné en terre d’Oïl, nous nous appellerions AUBIN.

Il fut donné à un étranger du lieu, à nouveau venu. Ce nouvel arrivant devait être un solitaire ; j’entend – fut-il marié ou célibataire – qu’il survint seul dans le pays, sinon pourquoi lui aurait on donné un nom qui pouvait aussi bien aller à d’autres et prêter à confusion ? La caractéristique de l’homme était d’être « l’étranger » du pays, le seul.

Ceci exclut toute origine de brutale barbarie. Nous ne sommes point arrivés au milieu d’une horde de goths, de huns ou de burgondes. Il est peu probable, au surplus, que l’homme fut un ostrogoth isolé, égaré, séparé du reste de sa troupe et venant, telle une épave, échouer seul en un lieu habité : d’abord pourquoi se serait-il ainsi détaché de ses compagnons ? et puis très vraisemblablement, les gens du village, par peur ou par représailles l’auraient tout simplement tué.

L’estrangié devait être seul et pacifique, regardé avec méfiance et curiosité, son baragouin devait étonner et faire rire ; peut-être les hommes le surveillaient-ils du coin de l’œil, à cause de leur poules, les femmes évitaient-elles de passer devant sa cabane par crainte de leur vertu, et les enfants sots devaient-ils s’entendre menacer : « si tu recommences, je te donne à l’Estrangié ».

Mais il était paisible et ne faisait aucun mal, la preuve en est qu’il fut si bien toléré dans le village qu’il y resta : en 1720, son descendant était consul.

D’où venait cet isolé ? Quelle avait été son aventure ? Quelle colère fuyait-il ? Quelle vengeance l’avait pourchassé ? De quelle potence, de quel bûcher se garait-il ?

Il n’était pas gallo-romain, il n’aurait pas été si Estrangié que cela. Etait-il de Neustrie ? d’Austrasie ? ou des rives sonores de la Garonne, au pays d’Aquitaine ? Il avait dut rester muet sur ses origines, car sinon, pourquoi lui aurait-on donné ce nom générique , applicable à quiconque provient d’un pays inconnu, mal défini ?… on l’eut appelé, selon le cas, Le PICARD, Le LORRAIN, Le NORMAND…

C’était l’ESTRANGIÉ et, voyez-vous, cette origine de la Famille doit nous donner une légitime fierté : qu’il ait assommé son suzerain au détour d’un sentier, séduit avec violence sa châtelaine, qu’il se soit enfui après une rébellion manquée… c’est au fond un brave homme. Ses nouveaux concitoyens l’ont bien vu après les suspicions du début. Il a été admis parmi eux, il a conquis le droit de cité ; s’il était marié ses fils ont trouvé femme.

C’est grâce à ses qualités qu’il est devenu un habitant parmi les autres, un paysan provençal cultivant sa terre d’adoption, cette bonne terre méridionale qui l’avait accepté comme un de ses fils.

Il a fait souche le nom d’ESTRANGIÉ lui est – et nous est resté, mais nous pouvons grâce à lui nous vanter d’avoir à nos semelles de la belle terre de France depuis des siècles".